Inscrire à newsletter! En savoir plus

Foire aux questions

LVDT

Vous pouvez installer vous-même le câble entre le détecteur et le système électronique une longueur jusqu'à 100 m étant admise. Si le détecteur étalonné dispose d'un câble court et que vous prolongez ce dernier, le signal (point de référence et amplification) peut se déplacer et doit être configuré à nouveau. Il est nécessaire de choisir un câble à faible impédance. Section recommandée > 0,24 m².

Cette valeur dépend du détecteur. La plage de mesure et la structure mécanique du détecteur jouent également un rôle. Un poussoir sans palier et se déplaçant librement (pas de friction !) affiche une meilleure répétabilité qu'un palpeur à ressort, pour lequel le poussoir se déplace dans un palier lisse. En principe, on compte sur un dixième de la linéarité.

Les diverses sondes n'ont aucune incidence sur la mesure, à partir du moment où elles évoluent sur un matériau « dur ». En cas de mesure avec une sonde très fine sur un objet souple, cette dernière s'enfonce dans la surface du matériau. Une pointe de sonde en forme de disque constituerait ici la meilleure option. Il faudrait en tenir compte lors de la planification. Cependant, la tête de sonde classique est parfaitement adaptée dans 98 % des cas. Il existe également des pointes de sonde en métal dur, ainsi que des billes en céramique ou en rubis. L'une ou l'autre option est préférable en fonction du matériau de l'objet de mesure. Par exemple, le rubis et l'aluminium s'attirent mutuellement, de sorte que les particules d'aluminium peuvent adhérer à la bille en rubis (« usure par adhérence »). Dans ce cas, il serait préférable d'opter pour une pointe de sonde au matériau différent. Toute pointe de sonde se remplace facilement en cas d'usure.

Nous fabriquons de nombreux modèles spéciaux, qui ne sont pas tous mentionnés sur notre site Internet. Nous avons déjà produit des appareils pouvant atteindre 1 000 bar et 230° C. Ces modèles voient le jour dans le cadre de projets spéciaux de clients. Ils ne nous posent aucune difficulté d'un point de vue technique.

Les cartes de mesure rapides possèdent un temps d'intégration extrêmement réduit. Ainsi, elle récupère chaque seconde une valeur unique dans une fenêtre temporelle très courte. En raison du bruit analogique, la valeur mesurée peut se trouver dans la zone supérieure ou inférieure de la bande de bruit. Solution : Il faut utiliser une carte de mesure avec un taux d'échantillonnage complet de 10 kHz, qui forme et émet une valeur moyenne à partir de toutes les valeurs en une seconde (10 000 ici).

L'IMCA dispose d'une double sortie. Cela signifie que les deux signaux émergent de diverses bornes à vis (10 V Pin12, 420 A Pin13) et peuvent être utilisés simultanément. Cependant, un seul signal est étalonné à la livraison (mentionné dans le certificat d'étalonnage).

Le câble peut être raccourci mais cela peut entraîner un déport du signal. Ainsi, le point zéro et l'amplification doivent impérativement être vérifiés et réajustés le cas échéant. L'impact est le même en cas de prolongation de câble.

Il est possible de tordre le poussoir mais cela peut entraîner de légères variations en termes de reproductibilité. C'est pour cela que les poussoirs sont résistants à la torsion jusqu'à 10 mm sur les palpeurs à ressort.

En principe, les LVDT sont prévus pour des fréquences de déplacement réduites inférieures à 100 Hz, voire environ 50 Hz en cas de palpeur à ressort avec une course d'1 mm par exemple. Le système électronique dispose d'un filtre de 300 Hz (fréquence de coupure). Les détecteurs à courants de Foucault sont les mieux adaptés aux fréquences élevées.

 

Non, en général ces détecteurs ne sont pas prévus pour l'ultravide. Nous pouvons cependant produire des détecteurs adaptés. Pour cela, nous utilisons des masses de remplissage inorganiques spécifiques à base de silicate. En outre, le câble de raccordement doit impérativement présenter des spécifications adéquates. eddylab peut proposer ce type d'appareil sous forme de version propre au client.

La précision absolue dépend de divers facteurs. L'écart de linéarité, la répétabilité, ainsi que les effets de la température s'additionnent et restituent la précision.

Oui, cela est possible sans problème. Le système à quatre conducteurs dispose d'une alimentation (Plus +) et de la masse (MASSE). La sortie comprend une ligne de signal (par ex. Sig +), ainsi que sa propre masse (MASSE Sig), soit au total quatre conducteurs. Mais il est toujours possible de raccorder les deux masses MASSE et MASSE Sig. Cependant, cela annule la séparation galvanique

Non, nos LVDT ne sont pas homologués ATEX.

Le système électronique fait partie intégrante de l'ensemble de la chaîne de mesure. Si le système électronique ou un maillon de la chaîne de mesure est remplacé, l'étalonnage n'est plus valide. Un nouvel ajustement doit impérativement être effectué en cas de remplacement du système électronique. Un calibrage de précision est ainsi réalisé à partir du potentiomètre de décalage et d'amplification. Pour cela, le poussoir du capteur doit impérativement se trouver dans les deux positions terminales (MB début et fin). En cas de plages de mesure réduites, le réglage s'effectue avec des cales étalons. Lorsque les plages de mesure sont grandes, un pied à coulisse est très souvent utilisé à cet effet. Le client peut effectuer lui-même le calibrage de précision, de préférence en suivant les instructions, inscrites sur la fiche technique du système électronique concerné. Bien évidemment, nous pouvons également proposer un nouvel étalonnage. En cas de commande d'un nouveau système électronique, nous devons impérativement savoir à quel détecteur (numéro de série) ou type de détecteur il est destiné, afin de pouvoir y effectuer les réglages préalables.

Le connecteur enfichable M12 (du côté du détecteur) et le boîtier pour câbles M12 (du côté du câble) sont adaptés jusqu'à la classe de protection IP67. Un raccordement durablement « étanche à l'eau » est ici impossible. C'est la raison pour laquelle une sortie par câble est impérative avec l'option IP68.

Le poussoir fait partie intégrante de l'ensemble de la chaîne de mesure. Si le poussoir ou un maillon de la chaîne de mesure est remplacé, l'étalonnage n'est plus valide. En cas de remplacement du poussoir, il faut impérativement procéder à un nouvel ajustement du système électronique. Un calibrage de précision est ainsi réalisé à partir du potentiomètre de décalage et d'amplification. Pour cela, le poussoir doit impérativement se trouver dans les deux positions terminales (MB début et fin). En cas de plages de mesure réduites, le réglage s'effectue avec des cales étalons. Lorsque les plages de mesure sont grandes, un pied à coulisse est très souvent utilisé à cet effet. Le client peut effectuer lui-même le calibrage de précision, de préférence en suivant les instructions, inscrites sur la fiche technique du système électronique concerné. Bien évidemment, nous pouvons également proposer un nouvel étalonnage. En l'absence d'ajustement, il est nécessaire de prévoir une différence de signal de sortie d'env. ± 2...4 % (valeur non garantie).

 
 

Non. Si vous avez acheté un détecteur avec système électronique externe, nous vous fournissons un système de mesure entièrement étalonné. Cet étalonnage est garanti par un certificat d'étalonnage, fourni à la livraison. Ce dernier stipule les numéros de série du détecteur et du système électronique, afin de pouvoir associer à tout moment le détecteur et le système électronique.

Sur un LVDT, l'armature libre, souvent appelée noyau, est nécessaire au fonctionnement du détecteur. Au milieu de la plage de mesure, le noyau se trouve au centre du détecteur. Une extension est alors nécessaire, pour déplacer l'armature. Avec la version poussoir, eddylab monte un noyau et son extension sur un poussoir fini. Avec la version à armature, le client est responsable de la fabrication d'une extension adaptée. Il faut alors s'assurer que le matériau n'est pas ferromagnétique.

Non. Les températures supérieures à 120° C nécessitent l'option « Température élevée » (H), qui s'accompagne toujours d'une sortie par câble. Dans ce cas, le câble utilisé est composé de Téflon résistant à la chaleur (PTFE).

Les détecteurs LVDT peuvent parfaitement être utilisés sous l'eau, lorsque l'option adéquate a été choisie en ce qui concerne la classe de protection. En cas de pression plus élevée due à l'eau, il existe d'autres options pour imperméabiliser le détecteur. Cependant, le modèle « palpeur à ressort » n'est que partiellement prévu pour une utilisation sous l'eau. Une sortie de câble fixe doit impérativement être choisie pour le raccordement. Une version avec connecteur, en ce qui concerne le détecteur, est impossible. Sur demande du client, il est possible d'intégrer au câble une fiche de raccordement, qui peut être branchée ou débranchée sous l'eau.

CONNECT WITH eddylab Google+ YouTube